Critiquer -Évaluer la fiabilité – Mains coupées

  • Année : 5e
  • Durée : 2 heures
  • Moment-clé : L’impérialisme des pays industrialisés et la Première Guerre mondiale
  • Concepts : impérialisme et colonisation
  • Compétence : critiquer (C2) – énoncer des raisons de se fier ou de se méfier d’un ensemble documentaire varié

1. Contextualisation dans le parcours en histoire

Le cours d’histoire en 5e prévoit la réactivation du concept de colonisation pour ouvrir au concept d’impérialisme. L’État Indépendant du Congo (E.I.C) de Léopold II présente un cas à la fois typique et particulier des ambitions impérialistes européennes de la fin du 19e siècle.

Cette situation d’apprentissage présente l’originalité et l’intérêt de confronter l’élève à la fois à des documents écrits et filmés. Les courts extraits filmés sont accompagnés d’une grille de leur minutage sources/sons/commentaires : ceci permet à l’élève de déconstruire finement un extrait de documentaire.

Au terme de cette situation d’apprentissage, l’élève aura appris à

  • Distinguer une trace du passé d’un travail postérieur dans un documentaire audio-visuel ;
  • Rédiger des raisons de se fier ou de se méfier d’un document écrit (trace du passé ou travail postérieur) ;
  • Rédiger des raisons de se fier ou de se méfier d’un film documentaire en prenant en compte ses différentes composantes : photographies, films-sources, commentaires et sons.

2. Documents

  • La fiche « mains coupées » propose une mise en situation pour la compétence de critique, une consigne, les tableaux de minutage de quatre courts extraits du documentaire « Kongo », neuf documents écrits et seize photographies. L’élève ne doit évidemment pas exercer la compétence de critique sur l’entièreté de ce dossier. L’idée était d’offrir un ensemble documentaire un peu plus large pour laisser une marge de choix à l’enseignant ainsi qu’une réserve de ressources pour pratiquer au choix, de l’exercice, de la remédiation ou du dépassement. Par ailleurs, cette fiche échelonne trois temps d’activités. Un premier temps vise à laisser un temps – légitime – d’émotion à l’élève alors qu’il découvre la thématique et un premier document audiovisuel. Ce moment ne vise aucun apprentissage disciplinaire proprement dit mais prépare l’esprit de chacun à adhérer à un exercice de critique méthodique sur un sujet fort sensible aujourd’hui. Le deuxième temps favorise la problématisation collective. Le troisième temps constitue l’exercice complet de la compétence 2 “critiquer”.
  • Les extraits audiovisuels (Sheppard, Caoutchouc, Chicotte, Enrôlement forcé) proviennent d’une série documentaire diffusée pour le 50e anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo, sous le titre « Kongo ». Quatre réalisateurs ont œuvré pour cette série : Samuel Tilman, Daniel Cattier, Isabelle Christiaens et Jean-François Bastin. Ces documentaires ont été largement construits à partir de traces filmées conservées aujourd’hui au Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren et restaurées puis numérisées par ce même musée suite à une demande des universités congolaises. La fiche pédagogique, quant à elle, résulte d’un projet initié par l’asbl Culturea en collaboration avec Eklektik Productions et distribué dans toutes les écoles en 2012 à raison d’un exemplaire libre de droits.
  • Un lexique, des courtes synthèses thématiques ainsi que des notices biographiques et filmographiques sont disponibles ici.

3. Consignes

1. « Nomme la première émotion qui t’est venue à la vision de cet extrait filmé.”

Tu restes libre de partager ou non cette émotion. Dans tous les cas, ceci n’est pas coté !

2. Tu revisites l’histoire de l’État indépendant du Congo en te posant la question suivante:

“Les atrocités commises au Congo avant 1908 sont-elles dues au système colonial ou furent-elles des accidents liés à des individus ?”  

            À cette fin, énonce et justifie 15 raisons de se fier et/ou de se méfier des documents n° 1, 2, 4, 8, des extraits Sheppard et Chicotte ainsi que de la photographie n° 2 (soit au total, 7 documents). Il faut rédiger au moins une raison par document. Dans les 15 raisons que tu énonces, il doit y en avoir 3 qui reposent sur la comparaison de documents entre eux, y compris les documents audiovisuels.

Pour les deux extraits filmés, aide-toi de leurs grilles de minutage et aussi de la partie «Biographies » des Annexes.

Remarque: “atrocité” désigne selon les cas, un crime, une mutilation, une torture, un traitement cruel.

4. Exemple de production attendue

Voici une liste non exhaustive de réponses possibles. Les raisons qui s’appuient sur la confrontation de documents sont indiquées en italique.

Documents

Raisons de s’y fier

Raisons de s’en méfier

n° 1

· l’auteur est qualifié : c’est un magistrat présent sur place correspondant avec un autre magistrat resté en Belgique

· l’auteur donne les références précises d’un rapport qu’il a tenu en mains et dont il reprend textuellement de courts passages ainsi que des données chiffrées et datées

· les informations décrites recoupent le témoignage du document n° 2

· l’auteur insère entre les chiffres qu’il rapporte l’expression de sa désapprobation par des mots comme « atrocités sans nom », « boucherie », « ces Messieurs »

· l’auteur ne peut citer précisément d’autres rapports dont il dit pourtant connaître l’existence : ces rapports sont très confidentiels et remis en ligne directe à Bruxelles sans passer par lui

n° 2

· l’auteur a été témoin direct et sans doute acteur des abus qu’il dénonce : il a été commissaire de district durant 4 ans en EIC

· ces souvenirs horrifiés d’agent colonial confirment les propos du magistrat De Saegher (doc. n° 1)

· il s’agit de souvenirs écrits après sa démission : l’auteur pourrait souhaiter se justifier

n° 4

 

· l’auteur se positionne avec virulence contre une revue et sa campagne de dénonciation des abus dans l’EIC en utilisant à toutes les lignes, des termes chocs comme “folie, passions, aboyer, dépotoir de haines malpropres”, …

· en-dehors de Morel, l’auteur ne nomme aucune des personnes dont il discrédite les propos mais se contente de noter « Le missionnaire X ». Ceci est contraire à la précision des propos de M. De Saegher (doc. n°1)

n° 8

·  l’auteur, historien aujourd’hui, nomme une trace du passé qu’il croise avec différents travaux postérieurs pour évaluer la pertinence du mot « holocauste » et l’exactitude des chiffres avancés

·  l’auteur remet les faits dans le contexte du régime du caoutchouc, non pour en nier l’horreur, mais pour affiner et élargir les causes du haut taux de mortalité

 

Extrait Sheppard

· le documentaire mobilise 5 traces du passé de l’époque : 4 photos identifiées (dont la photographie n° 2) et en voix off, un extrait des notes de Sheppard, présent en EIC à la même époque.

 

Extrait Chicotte

· La voix off lit un extrait du journal intime de Ch. Lemaire, agent colonial en EIC (trace du passé pertinente)

· les moyens de soumission forcée énumérés ici rejoignent « l’horreur du régime de travail instauré par Léopold II » et les causes de mortalité multiples évoquées par G. Vanthemsche (doc. n° 8)

·  la voix off laisse transparaître l’opinion du réalisateur par les adjectifs : « les plus intolérables » et « insupportables »

· dans son montage, le réalisateur utilise un court extrait d’un film d’Allégret, postérieur d’une vingtaine d’années à l’EIC

· à la fin de l’extrait, le spectateur est pris dans un effet dramatique. Celui-ci naît d’une triple superposition: l’animation dessinée fort lente, le bruitage de gouttes et la coloration progressive d’une des lianes en rouge sang

Photographie n° 2

· il s’agit d’une photo dont on connaît tous les paramètres : photographe, date, lieux, personnes et même le nom des victimes dont on expose les mains

· la photo (autant que les notes d’époque des missionnaires photographiés) ne donne aucune information quant aux circonstances des mutilations

5. Apprentissages à structurer dans le cours

  • Savoirs:
    • des repères temporels et spatiaux relatifs à l’expansion coloniale des Européens en Afrique au 19e siècle dont la Conférence de Berlin et l’État Indépendant du Congo (E.I.C.) de Léopold II et sa cession à la Belgique en 1908.
    • quelques termes propres au vocabulaire colonial pour comprendre les textes de l’époque, soit ici : domaine privé, indigène, missionnaire, œuvre dite « civilisatrice », agent colonial, , régime du caoutchouc.
    • des caractéristiques des concepts de colonisation et d’impérialisme dans un contexte de concurrence industrielle et géopolitique, soit ici : la violence, l’appropriation forcée des terres, des rapports et mécanismes de domination, l’infériorisation culturelle, l’exploitation économique et le travail forcé.
  • Savoir-faire :
    • Distinguer une trace du passé d’un travail postérieur y compris dans un documentaire audiovisuel ;
    • Rédiger des raisons de se fier ou de se méfier d’un document (trace du passé et travail postérieur), y compris d’un documentaire audiovisuel ;
    • Distinguer un fait d’une opinion dans un document ;
    • Comparer des documents entre eux.
  • Compétence : la deuxième partie de la compétence 2 “critiquer”, relative à la fiabilité.

6. Exemple de grille d’évaluation des apprentissages et des acquis

 
Acquis d’apprentissage Indicateurs de qualité Pondération
Distinguer une trace du passé d’un travail postérieur dans un documentaire audio-visuel

 

(= une raison de se fier au documentaire)

L’élève a explicitement identifié la photo n° 2 comme trace du passé dans l’extrait du documentaire Sheppard 0 – 2
L’élève a noté l’écart chronologique entre un film du passé intégré dans l’extrait Chicotte et la question de recherche

0 – 2

Dans le commentaire de l’extrait Sheppard  l’élève a relevé la citation d’époque de l’auteur du document n°1

0 – 2

Rédiger des raisons de se fier ou de se méfier d’une source écrite

 

et/ou d’un film documentaire

(en plus des différents items ci-dessus)

15 raisons correctes de se fier ou de se méfier d’un document ont été rédigées 1 point par raison correcte de 0 à 15
L’élève justifie correctement chaque raison à l’aide d’éléments précis tirés des documents.

2 points par raison suffisamment étayées de 0 à 30

3 raisons énoncées par l’élève résultent d’une confrontation correcte et précise entre documents. 0 – 2 – 4 – 6
En plus des points engrangés plus haut: une des raisons avancées par l’élève distingue dans la voix-off de l’extrait audiovisuel Chicotte, ce qui relève de l’opinion du réalisateur 0 – 1
En plus des points engrangés plus haut: dans une de ses raisons, l’élève a relevé un élément du montage qui renforce la charge émotionnelle de l’extrait Chicotte 0 – 2

7. Piste(s) pour le transfert et/ou l’évaluation des apprentissages

Un exercice de critique portant sur la pertinence cette fois, tirée de la même fiche et donc, sur le même sujet est disponible ici.

Un exercice similaire autour des modes d’appropriation mis en œuvre par Léopold II dans l’E.I.C. est accessible ici ( prochainement accessible).